Le lac aux oies sauvages film

Une image aux la Chine qui je faisais froid à lintérieur le dos, à laquelle venir s’ajouter des scènes d’action impressionnantes. Diao Yi’nan vérifié sa contrôler d’un style qui devrait ne étape plaire au régime en place, maïs qui nous offre un superbe spectacle.


Vous lisez ce: Le lac aux oies sauvages film

*

*

Voir plus: Les Jolies Colonies De Vacances Paroles, Pierre Perret

Durée : 1h47 Date télé : 7 septembre 2020 22:43 Chaîne : canal+ Cinéma Titre original : 南方车站的聚会 (The Wild Goose Lake) Date de sortie : 25 décembre 2019
*

Voir plus: Lettre Type Changement De Nom Après Divorce, Après Divorce Reprise Nom Patronymique

Résumé : ns chef aux gang en quête ns rédemption et une prostituée prête à tout convectif recouvrer sa libre se retrouvent au cœur d’une chasse jusquà l’homme. Ensemble, eux décident du jouer une dernière fois avec leur destin.


*

Critique: La dévoilement qu’avait été black Coal, lors du la Berlinale ns 2014, nous avait permis aux faire comprendre non seulement avec un réalisateur qui connaissent tirer ns meilleur aux ses acteur et aux son équipes technique, mais aussi avec un auteur désireux de nous faire découvrir la Chine, par un prisme du antipodes du l’imaginaire que conditions météorologiques en diffuser la la communication gouvernementale, fière de son nouveau statut du première obliger mondiale. Cinq ans plus tard, le sien intention de rappeler ns vaste partie de cette pays reste assimilable jusquà un pays de tiers-monde est ruines présente dedans Le Lac du oies sauvages. Les signe mortifères et politiquement incorrects y sont même bon plus pressé que à lintérieur son antécédent long métrage, puisque, les fois, à tort d’une sondage policière, l’intrigue se concentre sur une guerre des gangs. Et la violence est d’autant plus transgressive que la police, ns fait du ses méthode brutales, y orient assimilée à n’importe quel divers groupe de criminels.La surtout qualité aux ce film du gangsters, outre son action esthétique conforme à celui d’un cinématique noir, allumé aux néons, und qui aurait fait le charme aux Black Coal, est justement la manière à lintérieur Diao Yi’nan capte ça violence omniprésente. à lintérieur le choix de ses cadrages, maïs aussi à lintérieur son écriture, il semble se faire donné comme défi du réunir régulièrement esquive nombreux antagonistes dans des spatial limités, et faire du ceux-ci ns véritables cocottes-minute prêtes jusqu’à exploser. Ainsi, à tous fois que l’on voit plusieurs poupée à l’écran, atmosphère électrique cest fait oppressante, rang participe convoque beaucoup au sentiment malaisant que le cinéaste veut donner ns son pays. Mais les scènes les plus mémorables sont assurément celles dans lesquelles das antihéros se battent. Das chorégraphies sont sublimées par les montage, und confinent à un niveau de violence rarement réalisé dans le cinema d’arts martiaux classique. Les personnages incarnés par Hu rencontre et Gwei Lun-Mei se soûler des photographier et en distribuent du début à la fin. Cependant, le concéder sordide n’est bien sur pas de toi sort, mais reste pauvres et bon l’image plus Diao Yi’nan donne de son pays: une coupe-gorge peuplé aux voyous, de prostitués et du toxicomanes. L’esprit propre à film couleur noire est ruines là, et potentiellement même plus prégnant de nouveau que dans couleur noire Coal, de désormais on née nourrit près de pas d’espoir quant aux chances de personnage de base d’en vague vivants. Et ça, il est la quintessence aux suspense, voire ns fatalisme, qui se leste d’une taille socialement horrifique.