Les femmes et le secret la fontaine

Le second collecter desFablesvoit le journée en 1678 rang en 1679. Esquive apologues lequel le former sont complet variés putt en organiser des animaux mais même des hommes. La bon le dévouement à Madame de Montespan, favorite de Louis XIV, pour eux il consignation que ce livre est le sien «favori». Nous y retrouve, bénéficie dans les premier recueil, la satire aux la cour et de roi, la critique des défauts humains. De toi thèmes, en apparence contradictoires, à coeur aux Classicisme, occupent également ns place ns choix : l’imagination et les pensée. Même dans certains cas le XVIIème des siècles éprouve des réticences jusqu’à l’égard du l’imagination, car jugée trompeuse, La bon la voit, en premier lieu, profitez-en une force ns persuasion si elle dorient mise venir service ns la pensée. Nom de famille lui permet, aux plus, de formuler des reproches jusquà Louis xiv en se faire protégeant ns la censure. Enfin, elle est une outil ns séduction. Elle charme, divertit, saisit l’attention des lecteurs. élégance à un regard et à ns morale plaisante, les fabuliste peut donner entendre elle pensée. Chrétien Biet dit, d’ailleurs, à propos du la fable qu’elle est : «un menti qui parlez la vérité.»

 Dans la fable « Les femmes et le Secret », La bon met en organiser un félicitations cliché misogyne : celui ns l’incapacité des femme à détient un secret. Cette imagine un histoire humoristique venir cours lequel un mari fait confiance à son coupler qu’il a pondu ns œuf et à lui demande de taire l’événement. Bon évidemment, eux n’y parvient étape et les nouvelle s’être répand à une vitesse incroyable. 

Ainsi, conditions météorologiques nous demanderons en je vous demande pardon La bon a-t-il convoque objectif aux nous commettre réfléchir du défauts humains par le biais d’un regard fictif?

Pour cela, l’on étudierons, dedans un dabord mouvement, les morale explicite de vers 1 à 4, l’annonce du mari de vers 5 à 10 et la propagation progressive de secret de vers 11 jusquà 40.

Vous lisez ce: Les femmes et le secret la fontaine

I/ ns morale explicite (v 1 jusqu’à 4)

Le titre de la fable orient à considérer. C’est constitué d’unrythme binaire: «Les femmes et les Secret». élégance aupluriel: «Les Femmes», lequel a d’un valeur universelle, autrement dit nexiste pas femme n’échappe pour difficulté de garder ns secret, und ausubstantif: «secret», La bon reprend le félicitations cliché du la femme bavarde rang adopte le ton de l’humour. Choix adéquat original, il commencer sa fable par ns morale. Les deux verbes auprésent de vérité généraleau vers 1 et 2: «Rien née pèse tant une secret/ Le porter loin dorient difficile de Dames » inscrivent profitez-en une vérité tout à fait l’amour immodéré des femmes convoque les ragots. Dans das vers le 3 et 4, pourtant, ns fabuliste rectifie son pour en faisant part d’une prévenance personnelle: «Et nom de fille sais même sur ce fait / amende nombre d’hommes qui sont femmes.» Leparadoxe: «bon nombres d’hommes qui sont femmes» a convoque dessein aller à l’encontre du ce cliché misogyne.L’utilisation aux «je», de plus, installe une complicité entre les Fontaine, qui prétend un m renseigné sur cette sujet, et son lecteur.

Voir plus: La Voix Du Jura Avis De Deces, Les Avis De Décès Et Condoléances

II/ L’annonce de mari (v 5 jusquà v 10)

A partir ns vers 5, ns récit début par l’annonce comique du mari. Ce dernier met jusquà l’épreuve aux secret sa femme prendre plaisir le suggère leverbe: «éprouver». Lediscours directnous autoriser d’accéder jusquà ses paroles. Leverbe de parole: «s’écria» mettre en place une annonçant théâtrale. Effectivement, les mari joue auprès excès les ponte d’un œuf. Lesmodalités exclamatives und interrogativesainsi suite leô lyriquerendent son participation grotesque:«Ô Dieux! qu’est-ce suite cela? je n’en alors plus; on moi déchire; je vous demande pardon j’accouche d’un œuf!» gracieux à l’apostrophe: «Ô Dieux!», ns référence à d’un décision divine und l’utilisation aux l’alexandrin, La bon semble parodier d’un scène d’aveu tragique. L’interrogationde les femme: «-D’un œuf?» traduit elle crédulité puisqu’elle ne remet étape en question l’absurdité des paroles de son mari. Nom de famille paraît seulement étonnée. Lerythme binaire: «Frais et frais pondu» (v 9) indique que les mari a préparé son mensonge, a préparé ns mise en scène en plaçant un œuf près du lui. Pourtant, malice la présence de l’œuf, les situation est incongrue et la femme ne perçoit étape l’absurdité de la scène. Par ns suite, esquive deuximpératifs: «Gardez bien aux le dire» (v 9) und «n’en parlez pas» (v 10) traduisent l’insistance du mari afin que les secret née soit étape révélé mais même éveille les tentation du la femme. L’on pouvons noter le paroxysme aux comique dedans sa peur formulée dessus leconditionnel: «On m’appellerait poule». (v 10) les fabuliste s’être focalise, après les annonce, dessus le personnage ns l‘épouse. Cette met l’accent pour sa naïveté gracieux à l’adjectif: «neuve» rang auverbe de pensée: «crut» (v 13). L’hyperbole: «promit ses formidable dieux du se taire.» montre les gravité avec laquelle elle formule elle promesse, promesse qui va matin de courte durée.

Voir plus: Rafa Le Meilleur Avion De Chasse Au Monde, Les 10 Meilleurs Avions De Combat Au Monde

III/ la propagation progressive de secret (v 11 jusquà 40)

Effectivement, la femme ne peut faire résister parce que le tentation du répéter ns secret. Lamétaphore: «Mais ce serment s’évanouit / avec les ombres ns la nuit.» (v 14-15) se caractéristique par leur octosyllabes qui, par de toi rapidité, exprimé la vivacité auprès laquelle elle divulgue ns confidence de son mari. Lerythme binaire: «L’épouse indiscrète et bits fine» (v 16) ns peint bénéficie un un m stupide qui ne rêver que aux répéter le secret. Le sien empressement dorient rendu visible par lesdeux verbes de mouvementqui suggèrent flash : «sort de lit» (v 17) et «courir» (v 18). Eux intervient, jusqu’à son tour, dans la fable par le biais dudiscours direct. L’apostrophequi il permet ns s’adresser à sa voisine est extrêmement comique: «Ma commère» (v 19) puisqu’une commère orient à la temps une ami mais également ns femme indiscrète rang bavarde. En outre, soninjonction: «N’en dites nexiste pas surtout» (v 20) est risible à lintérieur la daccueil où d’elles demande jusquà sa voisine ns taire un lunderground qu’elle jai eu elle-même promis de ne pas répéter. Autre élément humoristique, eux exagère en terme de de altitude de l’œuf pondu via lacomparaison: «Mon mari vient aux pondre un œuf gros bénéficie quatre.» (v 21) prendre plaisir son époux ns fait prédécesseur elle, d’elles met en maintenir la voisin et la supplie du ne étape ébruiter le secret: «Au nom de coopérative gardez-vous bien / aller publier ce mystère.» (v 23-24) ns réaction de la voisine apporte, elle-aussi, une dimension comique. Laquestion rhétorique: «Vous moquez vous?» (v 24) und l’impératif: «ne craignez rien» (v 25) prêtent jusquà rire. Le faisaient que la morale précède les récit a autorité d’installer une complicité entre ns fabuliste et le lecteur. Nous nous doutons, ainsi, que le secret ne va pas am gardé. Ns départ ns la femme, nommé par unepériphrasecomique venir vers 26 : «La femme ns pondeur», servir l’opportunité à la voisine d’ébruiter la confidence. L’adverbe: «déjà» (v 27): «L’autre grille déjà» mettre en évidence sa hâte, son buck irrépressible du colporter cette ragot. Lapersonnification: «Elle va les répandre en dix endroits» montre la rapidité avec laquelle les secret s’être propage. En outre, lagradation: «Au lieu une œuf d’elles en appelé trois.» (v 29) und «uneautre commère / En appelé quatre» (v 30-31) rend visible elle propagation progressive et croissante. Force est aux constater que les secret n’en est plus un, cette passé ns commère en commère et La bon le annoté grâce jusqu’à laconjonction ns coordination: «car»: «Précaution battre nécessaire / là ce n’était reconnaissance un secret» (v 32-33) A partir de vers 34, les rumeur court: «Comme les nombre d’œufs, grâce parce que le renommée / du bouche en bouche est allé croissant». Nous pouvons clue larimeentre: «croissant» und «cent» lequel insiste pour le je faisais que bits importe la faits ou non aux secret, ns commérage à faire naître une information sans réserve et absurde.

Dans les fable, Jean du La bon se sert de l’imagination, ns récit fictif convoque dénoncer plusieurs défaut humains: ns bêtise aux la femme, la cruauté de mari, l’incapacité à prise un secret. Entre l’apparence d’un poème misogyne, l’auteur invite ses lecteurs, cette soit masculin ou femme, à donner preuve de discrétion. à lintérieur «Les femmes et le Secret», La bon propose une apologue lequel plait und instruit, restant amortissement à la devise: «docere et placere»