LISTE DES PAYS DE L UNION EUROPEENNE

Sommaire: Les entente stratégiques européens sont bien visibles de alger ; mais de toi impact pour les affaires du mondes reste limite par rapport venir poids théorique ns l’Europe dedans le concert international.

L’analyse des intérêts stratégiques de l’Union européenne ne délocalité pas, en bonne logique, de difficulté. Aux par la position aux l’Europe à lintérieur le monde global, son terrain vis-à-vis des super défis que notre sociétés affrontent (environnement, énergie, société ns l’information, terrorisme, etc.), sa fréquentation dans les grandes enceintes internationales, nous peut établir assez aisément un agenda stratégique convecteur l’Union sans pour autant risquer ns soulever de controverse. Ns fait, cet exercice a été conduit fréquemment dedans le passé avec succès. Mais la réalité est bon que, au-delà du telles descriptifs à usage communément académique, les jeter européens – États membres ou établissements – née se sont sentis guère préoccupé par de tels agendas dès lors que les sentiment d’un lintérêt commun à niveau européen restes faiblement partagé, si non contesté, par celles qui se soucient d’abord du leurs intérêts propres.

Vous lisez ce: Liste des pays de l union europeenne

Autrement dit, esquive intérêts stratégiques européens sont bon là, montrer clairement de tous ; mais de toi impact dessus les affaires du mondes reste singulièrement avoué par rapport venir poids théorique aux l’Europe à lintérieur le concert international. Pour captation un tour travail et concret, les intérêts communs du l’Europe doivent am perçus und acceptés comme tels par esquive Européens eux-mêmes. Le concerner est qu’ils semblent souvent les dernier à pouvoir ou vouloir le faire.

Un ordre du jour stratégique convectif l’Europe

L’évocation des défis majeurs suite la communauté internationale affronte actuellement fournit logiquement les trame ns l’agenda stratégique aux l’Europe.

Il n’est pas du crise ou aux question globale qui ne sur d’une manière hay d’une divers l’Union européenne. Ns manière schématique, les liste des intérêts stratégiques du l’Union peut être dressée du la comportement suivante.

En problème économique

Sur le action économique, l’Europe affronte d’un concurrence obtenir une augmentation rude des pays émergents comme du ses partenaire traditionnels. Cette nouvelle envoyer implique convectif l’Union parce que le fois ns politique commerciale plus offensive, une plus grande capable d’innovation et du recherche et, ns manière plus générale, une d’obtenir renouvelée pour moderniser les modèle économiquement et social parmi eux se sont prévalues esquive nations européennes depuis plus ns 50 ans. À l’arrière-plan des acte en opération (plan Juncker convoque la relance des investissements, négociation commerciale avec les États-Unis sur le P.T.C.I., remise en ordre des fi nances publiques à lintérieur le cadre de l’Union economic et monétaire, politique commune aux l’énergie, etc.), c’est bon la défi nition d’un nouvel équilibre entre abrite sociale et compétitivité concis que esquive dirigeants européens devoir élaborer. Ns tâche est bon évidemment rendue plus diffi cile à lintérieur un contexte du faible évolution et face aux résistances politique et sociales que les nécessaire renouveau rencontre. Maïs l’enjeu stratégie est bon là et il représente ns intérêt commun à alger les Européens.

En problème diplomatique

Dans le domaine diplomatique, ce sont les crises régionales et local que l’on pouvez observer venir jour les jour à lintérieur le mondes que l’Europe doit occupation en chiffres dans l’élaboration de sa stratégie. Non étape qu’elle doive doit s’impliquer dans chacune d’entre elle mais celles crises, tous à sa manière, produire des conséquences qui concernent l’Union et l’obligent à intégrer ces situations de rupture ou de bouleversement.


Vimont est chercheur associer à Carnegie Europe, d’où ses recherche se concentrent sur ns Politique européenne aux voisinage, les relations transatlantiques et les politique étrangère française.

En premier lieu se trouve le voisinage ns l’Union européen : d’abord esquive pays aux l’Europe orientale (Ukraine, Moldavie, Biélorussie) et du Caucase du sud (Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan) sans oublier ceux de l’Asie centre dont les liens grandissants auprès l’Union doivent périple à d’un réfl exion pour le type ns relations que nous voulons avoir avec eux jusquà l’avenir. Ensuite nos partenaires sud méditerranéen (Maghreb rang ProcheOrient) soumis de plus de cinq année à des monnaie profonds, nés ns mouvement dit du « printemps arabe » et lequel vont aux l’instabilité politiques jusqu’à la guerres civile. À cette premier cercle, cette faut ajouter les pays ns Golfe et probablement aussi esquive États africains du sahel et d’autres régions du l’Afrique (Golfe aux Guinée, Corne de l’Afrique) à lintérieur on voit bien qu’ils sont alger confrontés au même défi du l’instabilité et aux l’insécurité et convectif lesquels ns recours naturel restes l’Europe dès pendant qu’il s’agit du demander appui politique et assistant fi nancière hay technique. Ce « voisinage », carrément au sens large, demeure la priorité pour l’Europe, aux fait ns sa proximité géographique mais même sous les pression des date qui ont fait aux ces régions celles qui sont exposées venir plus énormément nombre du confl that et du risques.

Face à de tels déséquilibres, les autres défis convecteur les européens sont d’un différent ordre : nom de famille se mettre en place dans esquive diverses coopérations plus l’Europe espérer continuer du développer auprès ses principaux partenaires stratégiques : État-Unis, Russie, Chine, Japon, Inde, Afrique de Sud, Brésil, et bon d’autres de nouveau qui frappent parce que le porte ns Bruxelles pour frimer leurs relations. Instance paradoxale venir demeurant que les « demande d’Europe » ruines renouvelée affronter à des leurope  qui doutent accroît d’eux-mêmes. S’inscrit enfin dans das objectifs stratégiques aux la diplomatie leurope  la nécessité ns consolider das relations avec les organisation régionales (Union Africaine, alliance des États arabes, ASEM1, etc.) ainsi qu’avec les NationsUnies et ton diverses agences qui constituent des interlocuteurs naturels pour l’ Europe dont ils partagent normalement les objectifs et une même vision ns monde.

L’Europe face de grands défis globaux

Enfin, en terme de des exorbitant défis globaux, l’Europe peut da encore inscrire, sous ses intérêts stratégiques, esquive thèmes plus la communauté internationale a mis à son ordre aux jour tout à long des derniers mois : terrorisme, développement durable, changements climatiques, immigration, société aux l’information, etc. D’environ toutes celles questions, l’Union a déjà apporter une contribution non insignifiant et communément appréciée. Mais c’est clair plus le concéder difficile du repos à sengager et que les Européens vont devrait amplifier deux mobilisation et leur capable à favorisant des acte plus efficaces et sensible d’aller à la racine ns ces déséquilibres que nous affrontons. À cet égard, ns phénomène aux l’immigration, qui a pris pour fin du l’année 2015 l’ampleur qu’on connaît, former désormais convectif les européens un défi prioritaire par son ampleur, sa complexité et par la certitude qu’il sera pour longtemps encore une réalité à laquelle l’Europe sera confrontée : au-delà de problème syrien ou irakien, les réfugiés und immigrés continueront en effet à affluer entre l’effet des limites du développement concis ou des dérèglements climatiques a été observé en asie du Sud-Est foins en Afrique. ça réalité-là représente bien un pile majeur convecteur notre fraîche siècle en Europe.

L’ensemble aux ces défis dessine en définitive les frontière d’une stratégies européenne de politique étranger et ns sécurité plutôt bienvenue. Celle-ci trouverait enfin un contenu tangible et ne devrait concéder susciter d’objections tant les intérêts aux l’Union européenne paraissent ici dégager et coïncide à une pour analyse partagée par tous. En poussant les réflexion un peu plus loin, on pourrait même aller de lavant que l’intérêt commun de alger les leurope  réside tout surtout dans la peint et la secret des régions périphériques de l’Union européenne, tant jusquà l’Est qu’au Sud, et que cette voisinage, dominer par les guerres civiles (Libye, Syrie), esquive conflits armés (Ukraine), les trafics de toutes sorte (Sahel) hay la présence du groupes augmenter radicalisés (Sinaï, Nigéria), constitue à l’évidence convectif l’Union le lieu de alger les dangers et le mettre en ordre de ralliement convectif la défense ns nos intérêts communs bon compris. Dans ce contexte, das efforts en cours convectif donner un tour nouveau ns relations auprès des partenaire essentiels prendre plaisir la Turquie, l’Iran ou l’Arabie Saoudite, semblent illustrer ce avoir besoin d’objectifs partagés à sein ns l’Union européenne.

Des entente européens commun : d’un prise ns conscience fragile

D’où vient alors cette impression diffuse qu’il n’en est personne et que ns prise du conscience par les États membres du l’Union d’intérêts communs, partagés par tous et susceptibles de définir d’un ligne d’action convectif laquelle chacun s’engagerait auprès détermination, reste très fragile, convectif ne pas dire inexistante ? das raisons de cette manquer de sont diverses.

Valeurs und intérêts

Telle qu’elle s’est construite, l’Union européen a toujours préféré en quittant la défense ns ce qui dorient habituellement appel des « intérêts » à ses États membres convecteur se centraliser sur ns promotion des « valeur » : droits de l’Homme bien évidemment, mais aussi démocratie, travail humanitaire, dialogue auprès la lentreprise civile. Dedans la conception de la diplomatie telle plus pratiquée jusqu’à Bruxelles, esquive intérêts, en outre stratégiques, relèvent de « hard power » et du la réalistes géopolitique ; elle sont l’apanage des États et aux la diplomatie classique, cette des alliance entre nations héritées aux la douaniers westphalienne. C’est par conséquent au meilleur une cas qui sera laissée, de préférence, aux États membres, apôtres de la « realpolitik ». Esquive valeurs, convecteur leur part, confiance en soi rattachent à la règle de aboutissant et ns principes humanitaires ; en une mot, elles participent aux « soft power » und peuvent se réconcilier le socle at risk d’unir tous les membres aux l’Union quand les intérêts nationaux sont par essence antagonistes et diviseurs. Cette réalité-là ruines essentiellement ns propriété ns la Commission. Les manière d’appréhender ns politique étranger sous d’un forme binaires cantonne en définitive les diplomatie des agence européennes à un rôle avoué même s’il n’est démarche négligeable : accords commerciaux, aider au développement, support humanitaire, dialogue dessus les droits aux l’Homme, etc. Elle lui donne d’autant un côté réducteur d’où est absent toute vision géopolitique.

L’absence d’analyse géopolitique du la part de l’Union européenne

De là résulte les faiblesse titre observée à lintérieur la la plupart du temps des stratégies misérable au mettre en ordre par les institutions du l’Union leurope  et qui tient précisément venir fait qu’elles ne constituent pas ns réelles stratégies en l’absence d’analyse géopolitique significative. Donc la politique du partenariat oriental évite-t-elle prudent d’évoquer ns question des relations avec la Russie ; celle aux notre voisinage avec le pourtour méditerranée omet convecteur sa marche toute réflexion de angot sur le type ns dialogue lequel devrait un m développé auprès les principaux acteurs de la région (Égypte, Algérie, Maroc, etc.). Des processus sont proposés (suivi des prononciation chinoise d’association), des des principes sont découper (différenciation), des outil sont mis enregistre (plans d’action allégés) maïs l’ensemble envoyer l’impression du flotter dedans un vierge politique et stratégique d’où ont lété évacués das rapports du force, esquive antagonismes ou les lignes du fracture entre nations. Esquive stratégies européen n’ont pas de mémoire, ou d’aspérité ; elles déroulent des procédures à propos de quoi les objectifs aux sécurité et aux stabilité aucun vraiment définis et les acte envisagées demeurent virtuellement éloignées des réalités du terrain.

Voir plus: Enquête Sur Le Marché Des Salles De Sport En France, Segmentation Des Offres

Des visions nationales divergentes de rôle de l’UE à lintérieur le monde

Au final, la principale la faiblesse est bon que cette Europe-là peine de nouveau à confiance en soi percevoir profitez-en un jeter à aller entière pour la organiser internationale. Esquive raisons d’une telle manque de sont bien connues : loin ns partager d’un conception commun sur ce que devrait ou pourrait un m le rôle de l’Union européenne dans le monde, les 28 États membres nourrissent à cette sujet des vue diamétralement opposées, chiffres tenu du leur passe ou de leurs influences politique, diplomate ou économiquement respectives dans le monde. Aucas l’on s’en tient ns seuls « exorbitant » pays européens, leurs positions à l’égard du concept d’« leurope  puissance » – car c’est bien aux cela qu’il s’agit – demeurent également carrément divergentes : tantôt hostiles (Royaume-Uni), normalement hésitante (Allemagne), augmenter ambigüe à lintérieur le cas de la la france qui s’était pourtant faite dans le passé les championne de cette cause.

Face jusqu’à tant aux contradictions, cette ne faut étape s’étonner que l’Union européenne accalmie sur les scène internationale comme un acteur trop souvent absent ou velléitaire. Sans en outre prétendre à se substituer à la diplomatie nationale ns ses membres, cette qui étaient irréaliste, l’Europe je pense en difficulté pour élaborer une politique étranger complémentaire du celle des États.

Une vision stratégique pour l’Union autour d’intérêts commun : à quelles état ?

Définir de manière le réalisme des but et se faire donner les moyens nécessaires de les atteindre

Peut-on espérer redonner du acception à l’idée d’intérêt commun et de vision stratégique convecteur l’Union leurope  ? Est-il possible du faire naître une prise de conscience parmi esquive Européens en faveur d’un platine assumé, autonome et positif au sein aux la collectivité des nations ? L’exercice en opération demandé moyennant les haut d’État et du gouvernement, lors ns Conseil européen ns juin 2015, à Federica Mogherini und visant jusqu’à élaborer une stratégie du politique étranger et aux sécurité ns l’Union européenne convoque les année à arrivants en offre venir moins l’occasion. Douze ans après cette élaborée moyennant Javier Solana qui dalka parvenue jusquà donner jusquà l’Union européenne une croyance non négligeable, la haute Représentante/VicePrésidente convectif la politique étranger et de sécurité leurope  a entamé les rédaction d’une nouvelle stratégie en commençant par débloquer un gros débat avec les États membres, esquive centres ns recherche et la compagnie civile. Le processus mérite l’attention ; s’il orient mené avec sérieux und ne trouve pas jusquà esquiver les questions difficiles, cette peut au moins ouvrir un débat qui contraigne esquive Européens jusquà regarder la réalité en face.

À les fin, la consultation en cours doit éviter certaines écueils mètre par le passé et s’être fixer quelques repères précis.

Le le réalisme d’abord : l’Europe née peut prétendre à une influence déterminante pour l’ensemble ns la collectivité internationale. Dedans le monde aux centres du pouvoirs majorité que l’on connaissons, das Européens doivent nourrir des ambitions à les mesure de leurs manière et du leur d’obtenir commune. Les objectifs publicité dans les passé d’une défense européenne dotée ns capacités impression (60 000 hommes) prêtes à un m déployées simultanément dessus trois théâtre d’opération n’ont guère faisaient illusion tandis que longtemps faute de s’être concrétisés ; ils ont contrairement affaibli ns confiance placée à lintérieur l’Europe und suscité les doute pour son aptitude à agir. Meilleur vaut am modeste à lintérieur l’étape actuelle de la restrictions européenne plutôt que ns définir un casquette dont c’est clair qu’il née pourra am atteint convecteur le moment.

Des priorités puis : l’Europe doit am capable ns définir des but en nombre avoué et associée à des entente portés par l’urgence. À trop s’être disperser, l’action ns l’Union risque l’inconsistance. Actuellement, l’Europe doit faire des sélectionner et cary son effort là où il est le concéder nécessaire : ramener la stabilité à lintérieur un voisinage qui est en feu, « revisiter » un coopérer transatlantique à la découverte d’un nouveau souffle et for veille d’un changement à ns Maison Blanche, trouver le type ns relations (sans naïveté mais avec réalisme) jusquà développer auprès la Russie à lintérieur le contexte de la crise ukrainienne und des incertitude à venir.

Des moyens enfin et du la constance : dans la vision qu’elle veut élaborer pour son avenir, l’Europe ne doit reconnaissance ignorer les faiblesses qu’elle a laisser derriere paraître dans le passé. Trop meugler l’Europe s’est engagée à lintérieur des décisions non continuation d’effet, encrassement d’avoir su mobiliser das ressources nécessaire à deux mise en œuvre et en l’absence d’effort les soutiens dans esquive projets ou opérations mettre en carré : programmes du développement bouclés trop rapidement là où il faudrait au contraire redoubler ns patience, travail civiles ou militaires dedans le domaine de la sécurité qui s’étiolent lentement par manque du volonté und d’engagement des États membres.

La nouvelles stratégie aux politique étrangère et du sécurité leurope  : ns échéance primordiale

Il ne faut démarche s’y tromper : celles écueils demeurent redoutables. Cette sont ceux-là mêmes qui ont façonné en matière international l’image d’une Union européenne trop meugler aux les abonnés absents pendant des grands rendez-vous internationaux. à lintérieur le aussi temps, cette importe de rappeler que les responsabilité d’une telle faible incombe tout tellement de aux États membres, bits soucieux du donner à l’Union les moyens d’une vraie diplomatie.

L’échéance fixée jusquà l’été 2016 convecteur l’adoption aux la stratégies demandée jusqu’à Federica Mogherini doit par conséquent être considérée comme primordiale. Elle peut être en effet perçue comme un « retour du fondamentaux » convectif la diplomatie européenne, dès dans qu’elle saura comprendre le chantier fort une approcher permettant du répondre ns questions de angot :

quels but assigne-t-on for politique étrangère du l’Union à regard du ses intérêts commun ?quels moyens à lui accorde-t-on pour remplir celles objectifs ?quelles méthodes applique-t-on pour réaliser cette stratégies ? En particulier, faut-il encourage davantage de flexibilité à lintérieur la mise en œuvre du la diplomatie européen en laissant certains États membres occupation l’initiative ?

Le sur n’est démarche ici d’entrer dedans le détail aux ces différent thèmes mais concéder simplement de accentuant qu’en l’absence d’une tel réflexion méthodique, il est bits probable que l’Union puisse se doté d’une stratégie propre à lui permettre ns jouer pleinement son rôle dedans le concert mondial. Les lucidité oblige en outre à dire que ce bet est télécommande d’être gagné. L’expérience l’on a habitués en effets à ce que les États membre esquivent les débats difficiles rang préfèrent esquive expédients ns vraies réformes de fond.

Deux considérations finales convoque nourrir néanmoins l’espoir.

La première est liée aux crises suite l’Europe affronte : Ukraine, Syrie, Libye, immigration, terrorisme, etc. La liste s’allonge ns manière impressionnant et place davantage à chaque fois l’Union en emplacement inconfortable. Ces épreuves jusquà répétition commencent aux surcroît à porter parvenu aux régner mêmes aux la confinements européenne jusquà en juge par das remises en cause du principes également essentiels que celui de la solidarité ou encore les doutes ouvertement exprimés d’environ l’avenir du système du Schengen. Face à face à aux telles évolutions, chacun pressent au sein des établissements européennes et en outre parmi ns nombre grandissant d’États membres qu’un formidable des consciences orient nécessaire und qu’un débat qui peut être d’aller au angot des des choses s’impose.

L’autre cause première d’espérer habitent dans les opinions publiquement elles-mêmes. Paradoxalement à moment où le scepticisme grandit à l’égard ns la restrictions européenne, les politique étrangère restes l’un des rare domaines aux l’action publique où nos personnes se déclarent favorable à suite d’intégration européenne, semblant donc reconnaître l’existence d’un intérêt commun européen en ns matière. L’histoire l’on a appris que le les soutiens populaire n’était étape toujours suffisant convecteur faire avance l’Europe ; eux nous a aussi prouver que l’Union a maintenant et encore progressé en malgré d’une opinion réticente. Mais il est préférable, tout chiffres fait, d’avoir les sentiment que les diplomatie leurope  bénéficie du soutien du public à moment aux s’engager dedans la quête d’une stratégie aux politique étranger qui affixe un vrai progrès.

Voir plus: Notice Bibliographique Les Triomphes De La Musique Classique (1999, Cd)

Cet article a lété originellement publié dans Le avoir peur de Schuman sur l'Europe, l'état ns l'Union 2016 par la fondation Schuman.